Se connecter
or
S'enregistrer

Actualités

Article paru dans la Voix du Nord-Mars 2017

des Hommes et des Boeufs

Une Dunkerquoise a créé une charcuterie haut de gamme, 100% pur bœuf français

Andréa de Poncins est une jeune femme très affairée. Depuis la cuisine de son domicile dunkerquois, entre deux appels téléphoniques de ses clients, tout en consultant l’état des commandes passées en ligne et en câlinant sa fille de six mois, elle nous conte son histoire : « Des hommes et des bœufs ».

›Andréa de Poncins a toujours plusieurs projets en tête. Son objectif : « Des Hommes et des Bœufs » devienne la référence de la charcuterie de bœuf sur le marché français et international.

Fruit d’une réflexion commune avec un ami de la même promo (lire ci-dessous), la société « Des Hommes et des Bœufs » existe depuis deux ans. Elle a déjà doublé le chiffre d’affaires de son premier exercice comptable et compte près de 80 clients répartis dans tout l’hexagone, essentiellement à Paris, mais aussi à Londres ou Saint-Barthélémy. Les acheteurs de sa charcuterie haut de gamme 100 % pur bœuf sont essentiellement des traiteurs, des restaurants, des épiceries fines, des boucheries réputées et aussi des bars à vin, très friands de ce mets original.

Des produits réalisés en filière courte

Loin du négoce et de la grande distribution, qui fait régulièrement les yeux doux à Andréa pour le développement de son rayon premium, les produits sont réalisés en filière courte, en marque régionale, avec une forte valeur ajoutée. «  Notre charcuterie, souligne Andréa, qui revêt vite sa tenue de commerciale, est saine, maigre en gras et riche en protéine. Elle est idéale pour l’apéro ou sur la planche d’un brunch.  » «  Le plus important, insiste-t-elle, c’est l’élevage. Les bêtes sont le plus souvent dans les prés, et lorsqu’elles sont à l’abri, elles mangent du foin. La race angus est une vache rustique qui produit une viande excellente et reconnue.  »

« Les bêtes sont le plus souvent dans les prés, et lorsqu’elles sont à l’abri, elles mangent du foin »

La Dunkerquoise a toujours souhaité proposer des produits de qualité, à forte valeur ajoutée. Elle commercialise d’ailleurs de la viande enroulée de foie gras ou des rillettes pur bœuf préparées avec du gras de canard. Parmi ses projets 2017, elle compte percer le créneau de la restauration nomade (snacking) en proposant des saucissons pré-tranchés et de la viande séchée. Elle souhaite en effet élargir sa gamme de charcuterie pour «  monter en puissance et encore doubler les ventes cette année  ». Car en plus des deux associés qui promeuvent dès qu’ils le peuvent leurs produits, trois agents commerciaux sillonnent le territoire avec leur saucisson fétiche « La Corne de Bœuf » pour évangéliser de nouveaux épicuriens.

 

Une passion commune avec un éleveur, l’effet bœuf

Samuel Fouilliard et Andréa de Poncins se sont rencontrés à l’institut supérieur d’agriculture (ISA) de Lille. Tous deux «  amoureux des vaches  », ils ont suivi leurs stages dans de nombreux pays étrangers, notamment avec les cow-boys d’Australie, d’Argentine et bien sûr des États-Unis. Ils se retrouvent un jour aux halles de Rungis car les amis travaillent chacun pour une entreprise de négoce de viande.

Ils échangent sur leur métier et ne sont pas persuadés d’être à leur place. «  Parfoison négociait le prix de la viande à partir de photos et on n’avait plus du tout contact avec la matière  », confie Andréa.

Charcuterie haut de gamme

Les deux passionnés décident alors de s’associer, de monter leur propre boîte et se répartissent naturellement les rôles. Samuel s’occupera de l’élevage des bœufs, dans la ferme de son père près de Soissons, dans l’Aisne, où il développera la race Angus, une vache rustique d’origine écossaise, nourrie en agriculture raisonnée avec l’herbe des prairies environnantes. Andréa, quant à elle, gérera la commercialisation des pièces de viande issues de l’élevage de Samuel et la transformation, par deux prestataires salaisonniers français, de la partie avant de l’animal en charcuterie haut de gamme 100 % pur bœuf. L’objectif : «  Valoriser autrement et d’une manière innovante le bœuf, et surtout le boeuf né, élevé et abattu en France.  »

Après une solide étude de marché de sept mois que mène Andréa en parallèle de son accompagnement par BGE Flandre Création, les associés déposent les statuts de leur société et l’appellent « Des Hommes et des Bœufs ».

Épinglé
07 Mar 2017
Tags :
Commentaires fermés sur Article paru dans la Voix du Nord-Mars 2017

Commentaires fermés.

  • DES HOMMES ET DES BOEUFS

    Une marque française de produits fins composés uniquement de viande de bœuf de grande qualité.

     

  • CONTACT

    Des Hommes et des Boeufs SAS
    FRANCE
    Andréa De Poncins
    06 76 87 34 26
  • INSTAGRAM